Activité partielle : la baisse de l’indemnisation est reportée au 1er janvier 2021

Maintien du niveau de l’indemnisation jusqu’au 31 décembre 2020, réduction de la période maximale d’autorisation, modification des conditions d’information du CSE et du dispositif APLD, telles sont quelques-unes des mesures prévues en matière d’activité partielle par le Gouvernement (Décrets 2020-1316 et 2020-1319 du 30-10-2020 : JO 31).

Voici l’essentiel de ces nouvelles mesures :

  • L’indemnité d’activité partielle versée au salarié reste égale à 70 % de sa rémunération brute jusqu’au 31 décembre 2020.
  • L’indemnité compensatrice de congés payés éventuellement due doit être versée au salarié en plus de l’indemnité d’activité partielle.
  • L’allocation d’activité partielle versée à l’employeur est modulée selon les secteurs d’activité jusqu’au 31 décembre 2020.
  • À compter du 1er janvier 2021, l’indemnité d’activité partielle est fixée à 60 % de la rémunération brute du salarié et limitée à 4,5 fois le Smic.
  • L’indemnité nette d’activité partielle ne peut pas être supérieure au salaire net.
  • L’allocation d’activité partielle sera égale en 2021 à 36 % de la rémunération brute du salarié, limitée à 4,5 fois le Smic.
  • En 2021, la durée maximum d’autorisation d’activité partielle sera fixée à 3 mois renouvelable, dans la limite de 6 mois, consécutifs ou non.
  • Le CSE doit être informé périodiquement des conditions de mise en œuvre de l’activité partielle.
  • L’allocation versée dans le cadre de l’allocation partielle de longue durée (APLD) doit être alignée sur l’allocation d’activité partielle de droit commun si cette dernière est plus favorable.

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042482029

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.